Confinement d'un espace pour le sablage avec eau vaporisée

Les émissions et les débris non confinés provenant des opérations de préparation des surfaces, comme la peinture, les revêtements, les éclats de peinture et les apprêts, peuvent être toxiques et mortels pour la vie aquatique, s'infiltrer dans le sol et être absorbés par les plantes, s'accumuler dans la chaîne alimentaire et finalement affecter les personnes. L'objectif du système de confinement est d'empêcher les émissions de poussières et les débris de sablage de quitter le lieu de travail, où ils pourront être efficacement recueillis pour être éliminés.

L'un des principaux avantages du sablage abrasif humide par rapport au sablage à sec réside dans la réduction des besoins en matière de confinement. Comme les émissions de poussières et les débris sont encapsulés et lessivés par l'eau, ils peuvent être efficacement confinés avec moins de mesures préventives.

Le système de confinement au sol se présente comme un système élémentaire composé de bâches chevauchantes, solidement fixées et recouvertes de matériau géotextile. Le matériau géotextile est particulièrement intéressant pour le sablage abrasif humide : ce matériau léger, d'une texture similaire à celle d'une toile à fromage, laisse passer l'eau tout en filtrant les abrasifs et les débris. A la fin du processus, le tissu géotextile est simplement emballé et déposé dans des barils cylindriques ou autres conteneurs appropriés pour être éliminé.

Quand un ruissellement dangereux est en cause, le sableur professionnel peut construire une rigole pour recueillir les déversements de la machinerie lourde, des réservoirs de stockage et des fûts. Selon le type de contaminants à recueillir, la rigole peut être construite à des hauteurs allant de quelques pouces à plusieurs pieds, avec du métal, du bois ou de la mousse et une couche extérieure enduite de caoutchouc ou de polyrésine, et doublée de tissu géotextile. Une pompe submersible peut être placée à l'intérieur de la rigole pour transférer les eaux usées dans un récipient de collecte ou un baril cylindrique.

Lorsque le site du sablage est proche de zones d'eau libre, de résidences, d'environnements urbains et d'autres zones très fréquentées, un système fixe de confinement structuré est nécessaire. Dans ces environnements, le sablage à sec traditionnel nécessite un système de protection totale, ou « d'accumulation », où la zone de sablage est hermétiquement fermée pour empêcher l'air non filtré, les émissions et les débris de s'échapper. Pour le sablage avec eau vaporisée, un isolement partiel est généralement suffisant et peut être réalisé en délimitant la zone avec des bâches soutenues par une structure rigide ou flexible, ou une barricade de contreplaqué. En raison de la filtration des poussières causée par le sablage avec eau vaporisée, il n'est pas nécessaire, dans la plupart des cas, d'installer un système de ventilation et d'évacuation.

La Society for Protective Coatings (SSPC) définit 4 classes de confinement pour la préparation des surfaces, la classe 1 ayant les exigences les plus élevées. Il existe des normes distinctes pour le sablage humide. Par exemple, lorsque le sablage à sec de classe 2 exige une pression d'air négative, des gaz d'échappement filtrés et une entrée refermable, le sablage humide ne nécessite aucune ventilation et une porte en toile qui se chevauche peut suffire.

Pour les grands projets, le confinement le plus économique correspond souvent à une structure mobile. Par exemple, les opérations de sablage sur un viaduc peuvent être confinées par des bâches suspendues à des poutres par des câbles au-dessus du système de confinement au sol. Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, le haubanage peut être déplacé pour confiner la section suivante. Un pont au-dessus d'un plan d'eau libre pourrait nécessiter une structure sophistiquée qui non seulement confine et recueille les émissions de poussières et les débris, mais qui fournit également une plate-forme sur laquelle les travailleurs peuvent se tenir debout.

Les exigences en matière de rétention pour les projets soumis à l'appel d'offres seront habituellement précisées dans la sollicitation initiale, mais peuvent prendre plusieurs formes : soit une catégorie officielle de rétention SSPC ; une norme nationale pour les particules atmosphériques (NAAQS) établie par la EPA ; une norme variable avec différents niveaux de rétention qui reflète la sensibilité environnementale des différentes zones ; ou encore, une simple obligation pour les entreprises de confiner, recueillir et éliminer tous leurs déchets et émissions.

Dans la plupart des cas, c'est au maître d'œuvre de recommander, de concevoir et de construire un système de confinement qui réponde aux exigences du projet.

« Le confinement pour le sablage à sec peut facilement représenter jusqu'à 40 % du budget, ce qui constitue la majeure partie des heures de travail pour monter et démonter le système de confinement », explique Tim Cook, gestionnaire des opérations pour Wetblast.ca. « Il faut une semaine pour des opérations de sablage à sec, alors que nous pouvons les effectuer en deux ou trois jours. Les chefs de projet constatent que la solution la plus économique et la plus respectueuse de l'environnement consiste à réduire les coûts de confinement par sablage humide et à tirer parti des avantages de cette méthode. »

 

ASTUCES

Lors de la construction de l'enceinte de confinement, assurez-vous de tenir compte de la force et de la direction du vent. La structure doit pouvoir résister à des vents pouvant atteindre 40 km/h (ou plus, selon l'environnement).

Les bâches ne peuvent pas durer indéfiniment et le vent et les abrasifs en feront les frais. Il est souvent avantageux d'investir dans des bâches de haute qualité (poly-propylene tissé, translucide pour une meilleure visibilité). Les dommages mécaniques causés par le vent sont la cause principale des détériorations de la toile, aussi assurez-vous de minimiser le claquement des jointures.

Dans le cas d'un système de confinement structuré et surélevé, essayez d'obtenir un minimum de 1 m de surface de travail entre la surface de sablage et les parois de confinement afin d'éviter le sablage de la structure de confinement. Lorsque l'espace vient à manquer, un périmètre de confinement au sol de 20 pieds est suffisant.

Nettoyez l'intérieur et l'extérieur de l'enceinte de confinement tous les jours.

Contacter un expert en sablage

Veuillez saisir une valeur
Veuillez sélectionner
Veuillez saisir une valeur
Veuillez saisir une valeur
Veuillez sélectionner
Veuillez saisir une valeur
Veuillez saisir une valeur
Graco