Nettoyage au sablage pour les municipalités

SABLAGE AVEC EAU VAPORISÉE : UN NOUVEL OUTIL DE NETTOYAGE ET DE PRÉPARATION DE SURFACE POUR LES MUNICIPALITÉS

Presque tous les services des travaux publics ont été confrontés à la tâche peu enviable d'enlever la peinture ou d'autres marquages sur les chaussées, les murs ou autres structures.  Qu'il s'agisse du traçage d'une nouvelle voie de circulation, de graffitis indésirables sur un mur de soutènement ou d'un monument altéré par les intempéries qui a besoin de restauration, le retrait du marquage est souvent une tâche difficile, mais qui soulèvent des inquiétudes pour la santé et l’environnement.

Le choix par défaut pour l'enlèvement à grande échelle a toujours été le sablage au jet de sable ou d'autres techniques de sablage à sec. Le sablage à sec constitue une approche efficace, mais poussiéreuse, avec des émissions de silice et d'autres particules abrasives ou de substrat liés à des impacts négatifs sur la santé et l'environnement. Comme la plus grande partie des projets municipaux sont situés dans des lieux publics avec des résidents locaux et des commerces à proximité, la poussière est une préoccupation pour les travailleurs, ainsi que pour les personnes qui marchent, conduisent et font du vélo dans ces endroits, surtout parce qu'ils ne portent pas l'équipement de protection individuelle (EPI) approprié.

Comme alternative au sablage à sec, le sablage humide a été mis au point dans les années 1960 pour réduire au minimum les poussières diffuses, mais il a été lent à s'imposer en raison de l'utilisation d'eau lourde et du problème du confinement et de l'élimination des eaux contaminées. La connaissance par le contractor du sablage à sec et les coûts supplémentaires liés à l'eau et aux abrasifs supplémentaires du sablage à l'eau ont également limité l'acceptation de cette nouvelle technique.   

Pour relever certains des défis du sablage à l'eau et du sablage à sec, un nombre croissant de municipalités explorent le sablage avec eau vaporisée, qui utilise juste assez d'eau pour supprimer la poussière tout en atteignant les taux de production désirés. Des unités telles que le Graco EcoQuip 2 EQp, illustré à la figure 1, combinent l'eau et l'abrasif dans une chambre pressurisée et injectent le mélange dans un flux d'air régulé, supprimant jusqu’à 92 % de poussière en comparaison au sablage à sec. De plus, ces nouvelles machines portent bien le nom d’« eau vaporisée » - l'EQp utilise, en moyenne, un quart à un demi quart de litre d'eau par minute.

 

Les facteurs liés à la santé, à la sécurité et à l'environnement jouent un rôle de plus en plus important

Les facteurs sanitaires et environnementaux ont été des facteurs clés dans fle développement des systèmes de sablage à l'eau et avec eau vaporisée. Plusieurs pays européens ont interdit le sablage au jet de sable dans les années 1950 et 1960 en raison de préoccupations liées à la silicose, un risque professionnel associé à l'inhalation de poussière de silice. Bien que les États-Unis n'aient pas totalement interdit le sablage au jet de sable, l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA) aux États-Unis a établi une Règle sur la silice en 2016, diminuant la limite d'exposition admissible à la silice cristalline alvéolaire de 50 pour cent pour l'industrie en général et le secteur maritime, et de  80 pour cent pour l’industrie de la construction. La norme de construction entre en vigueur le 23 septembre 2017. 

Le sablage à l'eau a également fait l'objet de restrictions réglementaires en matière d'environnement. Selon l'Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis, la loi fédérale régulatrice de la pollution des eaux, adoptée dans les années 1940 et modifiée à plusieurs reprises depuis lors, impose des limites strictes aux déversements de polluants dans les eaux navigables. Les États et les villes ont également examiné la quantité de rejets diffus dans les réseaux d'eaux pluviales en fonction de la quantité d'eau utilisée par certains systèmes. Par exemple, les buses halogènes, qui utilisent un rideau d'eau pour entourer le sablage après l'impact, et les buses d'injection d'eau (WIN), qui utilisent des jets d'eau comme amortisseur de l'abrasif à sa sortie, sont toutes deux très consommatrices en eau.

Le sablage avec eau vaporisée traite à la fois les poussières fugitives et les problèmes de rejet dans l'eau. Les systèmes de sablage avec eau vaporisée combinent l'eau et l'abrasif dans un réservoir sous pression, puis injectent ce mélange dans le flux d'air, permettant de réguler avec précision la pression d'air et le mélange eau/abrasif tout en démultipliant la quantité de produit et d'eau utilisée. L'approche avec eau vaporisée permet l'enrobage de grains individuels de matériau abrasif dans l'eau, ce qui alourdit les particules et leur donne plus de masse à l'impact. La poussière étant réduite au minimum, un moindre confinement est généralement nécessaire et le temps de nettoyage du produit peut être réduit. En utilisant moins d'eau que d’autres technologies à base de résidus ou d'eau, le sablage avec eau vaporisée ne laisse pas de flaques d'eau derrière lui, et la probabilité de ruissellement toxique est grandement réduite. Il réduit également le rebond des particules abrasives, qui représentent un risque pour les travailleurs et l'environnement.

silica-sand-macro-150x150.png

Poussière de silice, agrandie

Nettoyer et restaurer des statues et monuments

Nettoyer et restaurer des statues et monuments

Removing parking lot lines with wet abrasive blasting

Faites le sablage des lignes de parking et des marquages de voie.

Blasting graffiti off a concrete wall

Le sablage de façade élimine les graffitis sur le béton

Contacter un expert en sablage

Veuillez saisir une valeur
Veuillez sélectionner
Veuillez saisir une valeur
Veuillez saisir une valeur
Veuillez sélectionner
Veuillez saisir une valeur
Veuillez saisir une valeur
Graco